1ère Journée InterPros: HP et HP+

 Samedi 8 février 2014, Louvain-la-Neuve

08 : 15

Accueil des participants

 

09 : 00

 

Allocution de bienvenue

Professeur Jacques Grégoire, Docteur en psychologie, professeur à la Faculté de psychologie & des sciences de l'éducation et Vice-recteur de l'Université Catholique de Louvain (B) – à confirmer

09 : 15

« Les sentinelles » par Dr. Olivier Revol, Pédopsychiatre, CHU de Lyon (FR)
Particularités cognitives et psychologiques des enfants et adolescents à haut potentiel

10 : 15

« Les pièges de la dyslexie et de la dysorthographie chez les HP », par  Sophie Pohier, Logopède (CH)

La dyslexie et la dysorthographie sont des troubles d'acquisition du langage écrit particulièrement invalidants sur le plan scolaire des apprenants à haut potentiel.

11 : 15

Questions / Réponses

12 : 00

Lunch , Rencontres des Associations et Vente de livres

13 : 00

« Les HP et l’écriture », par  Sylvie Tramasure, Graphothérapeuthe, (B)
Dysgraphie chez les HP

14 : 00

« Le HP et/ou le TDA/H » par Dr. Olivier Revol, Pédopsychiatre, CHU de Lyon
Ressemblances et différences du HP et du TDA/H - les particularités du TDAHP

15 : 00

« Le HP et l’autisme », par Fany Prayez, Pédopsychiatre Psypluriels (B)
Les enfants Haut Potentiel et Autistes - qui sont-ils ? Que faire ?

16 : 00

Questions / réponses

16 : 45

Le mot de la fin par Carine Doutreloux, Présidente EHP-Belgique

17 : 00

Fin

                                                                                   

 Objectifs

Comprendre les nuances entre les différents profils à haut potentiel pour établir un diagnostic plus fin et les accompagner dans leur épanouissement, suggérer des pistes d'aménagements pour mieux les encadrer, c'est exactement ce que les intervenants venus de France, de Suisse et de Belgique, vont tenter de présenter tout au long de cette journée. 

Les jeunes et adultes à haut potentiel sont trop souvent victimes de préjugés, d'attentes et d'exigences élevées de la part de leur entourage. Ils ne sont pas épargnés non plus des troubles tels que la dyslexie, le déficit de l'attention (TDA souvent associé à une hyperactivité), les troubles du comportement, l’autisme Asperger, … Ceux-ci ne sont pas toujours faciles à détecter chez ces profils déjà atypiques qui développent rapidement des stratégies pour remédier aux difficultés qu’engendrent le ou les troubles en question.

Actuellement, environ 50% des enfants HPI rencontrent des difficultés scolaires et parmi eux 30% sont en échec. Il paraît donc essentiel de combattre l’idée reçue de l’enfant HP nécessairement brillant à l’école et de se pencher sur ses fragilités.

EHP-Belgique et les intervenants souhaitent par Journée InterPros contribuer à la précocité des dépistages des troubles et favoriser ainsi la mise en place d’adaptations pédagogiques indispensables à l’évolution positive de ces jeunes HP en souffrance et/ou en difficultés d’apprentissage.


 Public cible

Les activités InterPros de EHP-Belgique visent en premier lieu, les professionnels de la santé et de l’éducation (scolaire et parascolaire), c’est-à-dire les enseignants, les directeurs/directrices d’établissements scolaires, les médecins, pédopsychiatres, psychologues, les logopèdes, les graphothérapeutes, les coachs, , … 

Les Journées Interpros permettent également à tous les accompagnants, et bien entendu les parents d’enfants et/ou d’adolescents à haut potentiel, membres ou non des associations EHP-Belgique et TDA/H Belgique de se joindre aux échanges et aux débats.

 

Nous invitons également les dirigeants politiques en charge de la famille, de l’enseignement et de la santé à nous rejoindre pour entendre les difficultés, le désarroi et les souffrances que beaucoup de jeunes et d’adultes à haut potentiel rencontre à l’école, au travail, dans la vie de tous les jours.

 Intervenants

Biographie

Né en 1952 à Fribourg.
Etudes … en autodidacte
Vice-Recteur du collège St-Charles à Porrentruy (Jura Suisse) pendant 5 ans
Directeur de l’Ecole catholique du Valentin à Lausanne pendant 10 ans
Directeur général adjoint de l’OIDEL (Organisation Internationale pour le droit à l’éducation et la liberté d’enseignement) pendant 7 ans
Fondateur et directeur de l’Ecole la Garanderie à Lausanne pendant 14 ans
En parallèle, directeur de chorale pendant 10 ans
Aujourd’hui, écrivain et retraité… pour une durée indéterminée….

1ère intervention

L’enfant HP est réputé « sensible ». Il serait souvent submergé d’émotions envahissantes. S’interroger alors sur le statut de l’émotion par rapport à la raison. D’où vient que nous accordions tant d’importance à ces mouvements intérieurs? Rousseau est sans doute passé par là…tout comme notre société contemporaine, dont Jean Romain remarque qu’elle subit une dommageable « dérive émotionnelle ». Réfléchir aussi à la notion de «sensibilité», qui se peut rapporter aux émotions… mais aussi à la raison.

2ème intervention

Proposition anthropologique: l’émotion serait le fait de l’individu, la personne, ce qui en l’homme aurait à conférer du sens à ces mouvement intérieurs. Distinguer l’individu de la personne: l’individu est ce qui nous relie à la nature, notamment au règne animal; la personne serait, selon la formule de V. Lossky, notre irréductibilité à la nature, la source donc de notre liberté et de notre responsabilité. Et si le bouillonnement émotionnel pouvait trouver sens lorsque l’homme se découvre comme personne, et donc comme sujet libre et responsable?


Pédopsychiatre, le Dr Olivier Revol dirige le service de neuropsychiatrie de l'enfant à l'Hôpital neurologique au CHU de Lyon. Il enseigne à l'Université Lyon 1 et a publié avec succès plusieurs articles et ouvrages scientifiques concernant le haut potentiel, l'hyperactivité et les difficultés scolaires. Le Dr. Olivier Revol milite depuis vingt ans pour que chaque enfant, quelles que soient ses compétences, découvre à l'école le plaisir d'apprendre.

Tant dans leurs différences que leurs ressemblances, comprendre le mode de fonctionnement des profils HP et TDAHP fera partie des interventions du Dr. Oliver Revol, lors de cette première Journée InterPros. 

Graphologue de formation, Sylvie Tramasure, côtoie les enfants à haut potentiel au quotidien à l'occasion de la rééducation graphique qu'elle dispense. A l'origine de la création du Groupement Belge des GraphoThérapeutes (GBGT) en 2009, elle collabore étroitement avec des associations telles que EHP, TDA/H… Outre l'attention portée aux enfants dysgraphiques en général, son expérience est enrichie par un intérêt particulier pour les enfants et jeunes à haut potentiel, nombreux à connaître des troubles graphiques.

Si les idées fusent chez les HP, leur petite main d’apprenti scripteur voudrait s’adapter à cette effervescence. Quelles en sont les conséquences alors que parfois le perfectionnisme s’en mêle ? Comment les accompagner pour que leur écriture soit efficace ?

Sophie Pohier est logopède en Suisse et exerce depuis une quinzaine d’années en cabinet libéral. Particulièrement intéressée par la problématique du HPI, sa patientèle compte un nombre important de jeunes à haut potentiel intellectuel souffrant de dyslexie/ dysorthographie associée à une dysgraphie, un TDAH, et/ou autres troubles DYS.

Si les enfants HPI (à haut potentiel intellectuel) sont souvent décrits comme étant de précoces et bons lecteurs, certains rencontrent des difficultés pour entrer dans le langage écrit. En effet, environ 30 % des enfants HPI souffrent de dyslexie/dysorthographie.  Sachant que les enfants HPI sont surreprésentés en matière de troubles DYS (dyslexie, dysorthographie, dysgraphie, dysfluence). 

Le Dr Fany Prayez est pédopsychiatre au sein du service de diagnostic autisme de la Fondation S.U.S.A. ainsi qu'au Centre de Réadaptation Fonctionnelle Nos Pilifs pour enfants autistes. Elle pratique également en privé, au Centre de Thérapie Cognitive et Comportementale d'Auderghem et à PsyPluriel-Pastur à Uccle.

Elle reçoit en consultation les enfants et adolescents jusque 18 ans dans le cadre de troubles anxieux, troubles des apprentissages, Haut Potentiel, de Troubles du Spectre Autistique, de TDAH et de  troubles de l'humeur. Elle est également psychothérapeute infanto-juvénile d'orientation cognitivo-comportementale (ULB).

En pratique, il arrive que certains enfants, diagnostiqués Haut Potentiel, connaissent des difficultés d'intégration sociale et/ou de compréhension de la communication qui ne peuvent s'expliquer par ce seul diagnostic. Contrairement à l'idée reçue, l'Autisme et les Troubles du Spectre autistiques ne se rencontrent pas que chez des enfants avec déficience intellectuelle, mais englobent une catégorie d'enfants - anciennement appelés Syndrome d'Asperger- présentant un bon fonctionnement intellectuel voire un Haut Potentiel. Nous passerons en revue les symptômes qui orientent le diagnostic différentiel vers un Trouble du Spectre Autistique, ainsi que les pistes d'aide à proposer à ces enfants Autistes avec un Haut Potentiel.